Cie
les Planches
& les Nuages

Inscription à la Newsletter
Transit

Eine gepfefferte Ladung Bohnen umpfiff seine Ohren. So vermittelt man allzu respektlosen Zuzügern die hiesigen Spielregeln. So bald kommt der nicht wieder. Man muss sie erziehen. Ich stecke die Schreckschusspistole zurück in die Ledertasche auf dem Bastsattel und laufe weiter. Seit viertausend Jahren und mehr herrscht auf dieser Nord-Süd-Achse ein stetes Kommen und Gehen. Belegen Radio-Carbonat-Tests steinzeitliche Lagerfeuer unter Felsplatten; … Lire la suite…

Clairs-obscurs

Et si le pont du diable était, au fond de nous, celui qu’il faut passer pour voir la vérité ?

Licht im Dickicht

Personen: Knabe 1 Knabe 2 Pablo José Sergej Mahmmud Almira Hobbygärtner Erzähler 1. Akt Prolog Wroaam, Wroaam. Die Autos rasseln schneller vorbei, als man sie sehen kann. Nur das Geräusch, das Licht, ein schneller Farbstreifen matter Lack. Wir befinden uns mitten im Pfynwald, vor der Autobahn, die das Ober- mit den Unterwallis verbindet. Erzähler: Die Föhre ist ein Lichtbaum. In … Lire la suite…

Bon dieu d’bon don

Bon dieu d’bon don. De mon vivant et depuis petite, j’avais eu beau fermer les yeux et demander à Dieu de ne pas venir me parler (à qui il veut il parle s’il veut, mais pas à moi, pitié) parce que j’en sentais les ravages possibles tout autant qu’il me faisait une peur bleue pas fleur bleue. Hé bien, il … Lire la suite…

Autoportrait aux cailloux blancs (bribes)
Texte Retenu

Nous avons visité Madrid Je n’en ai aucun souvenir J’en ai revu les photos Relu le poème d’Enrique acheté dix euros sur la Gran Via Sueño illisible, plié en quatre Retrouvé dans un guide touristique Pour le reste, rien Si ce n’est la grille du Palacio Real Un pull rayé, deux pulls rayés Et des paëllas indigestes Rien de ton … Lire la suite…

Forum-monde

Fin d’été. Une semaine dans une Europe ennuyée – et qui demande de l’aide. Info brute no 14 Une fille, 18 ans, a demandé de l’aide lundi 7 septembre à 12h06. Région: Valais, Suisse. Développement «Coucou! sa va? oui et toi? koi 2 bo? riiiieeennnn je m’ennui et toi? ah ben moi aussi alors HELP!!!» Réactions / analyse Son message … Lire la suite…

OmA(r)sch II Nachricht aus KlEinœden
Texte Retenu

I Uiuiuiuiuiuiu! Mein Sohn will mich heiraten. Mich, den Fatter. Mich heiraten, mein Sohn? Hejraatu. Nu denn. Sigi wirds nich freun. Und Winnikot? Wird Ödipus schwul, nur weil der Fatter sMeconium wegwischte? Wen soll Ödipus morden, wenn nicht den Fatter, aber den will er ja grade heiraten? Uiuiuiuiuiuiu! Fint er den Weg zur Mutter? Zur Frau, die scheinbar in jeder … Lire la suite…

Le retour

Une courte nouvelle philosophique C’est quoi ces histoires – de fleurs, de saisons  D’oiseaux bizarres – qui viennent et qui vont ?  Ce sont des détours – c’est pour que tu comprennes  Que je m’accroche – aux choses qui reviennent.  – Francis Cabrel I J’ai l’impression de refaire un rêve pour la millième fois… J’entends à nouveau ce silence si particulier, je sens ces parfums si familiers ; comme revenu d’un … Lire la suite…

Amitié

Traduit librement de mon poème en napolitain Enfants vous êtes similaires Adultes vous êtes changés Les jeux sont finis La vie vous a séparés C’est toujours l’ami qui change Mais reste Temoin de memoires Et de grandes conneries Il sera toujours là Si tu va l’appeler En arretant le temps Au moins une soirée  

La proie d’en face

La forêt s’éclaircit enfin et le jour s’amenuise au travers du feuillage. Je jette rapidement un regard aux autres pour leur intimer l’ordre de m’attendre et m’avance au milieu des branchages repérer un endroit propice où nous poster. Nous sommes une douzaine à être partis chasser à l’aube, laissant nos proches dans l’inquiétude. Des rumeurs circulent et l’appréhension a gagné … Lire la suite…

Fado

Courbes noires sur une ligne en équilibre, oiseaux perchés sur un fil, les notes s’envolent dans un tourbillon de nostalgie enivrant. Elles s’évadent, s’échappent… elles quittent l’asphalte. Elle, elle demeure. Elle, elle reste là. Toujours. Encore. Le visage dans la lumière et le cœur à l’ombre. L’esprit céleste et le corps enchaîné. Clair obscur. Ses mains se crispent, ses traits … Lire la suite…

Miroir magique

Miroir magique J’imagine un tissu de mots tendres A nos bouches et nos gestes suspendre J’imagine un tissu de regards Etincelant la nuit, tel un phare J’imagine un tissu de caresses Par l’envol des mains rythmé sans cesse J’imagine un tissu de baisers Par tes lèvres et mes lèvres formé…  

L’été des mouflons

Le 29 juin, ils ont quitté l’alpage des Traverses pour monter aux Pas. Un frère, trois sœurs, trente-six vaches, dix-huit cochons, quinze chèvres, deux petits bergers d’une douzaine d’années. Le cheval – brun aux pieds noirs – porte les provisions. Les quelques affaires personnelles sont répartis dans des hottes. Une main s’appuyant sur son bâton, l’autre agrippée à la queue … Lire la suite…

Un passage en hauteur
Texte Retenu

La montagne a tendance à se dresser, devant nous. Rien n’est têtu comme la pierre – têtus aussi, ceux qui ont tenté d’en atteindre les sommets. Gravir, escalader, grimper : mais il y a d’autres voies, aussi. Passer. La montagne pose son évidence : mais elle peut être but aussi bien qu’obstacle. A la conquérir, on croit se l’approprier, mais à la … Lire la suite…

Sur ma route
Texte Retenu

Des pavés irréguliers, au fond un collège, géant, immense. Des enfants qui courent, qui crient, qui se retrouvent. Un sac soudain lourd. Lâcher la main qui m’encourage. J’avais hâte d’être une grande pour y aller, j’hésite. La voix me porte. Ne pas se retourner. Ne pas pleurer. Ne pas se tordre les pieds. Traverser cette grande cour. Seule, pour la … Lire la suite…

Le destin d’un choix

J’avais dix-huit ans. Quarante ans plus tard, je me noie toujours dans les souvenirs lorsque j’y plonge, éveillé, ou par sommeil interposé. Pourquoi le droit? C’était la filière choisie par mes deux meilleurs copains, et pour moi il s’agissait de m’investir dans mes amitiés plutôt que dans mes études. Puis dans un amour qui s’imposa vers le même âge… Tout … Lire la suite…

Teni bonu

Frédéric monte la pente régulièrement. Parti tôt ce matin, il a avancé en nocturne dans la partie monotone et connue dans la forêt, éclairé de sa puissante lampe frontale, puis continué par Sex Bornay. Il est maintenant 10 heures, il a dépassé le glacier de Soi, attaché les skis sur le sac, fixé les crampons sous les chaussures, sorti son … Lire la suite…

Savane, Savane
Texte Retenu

Et puis c’est pas compliqué la savane. C’est juste un lion en jachère et un chanteur un peu djembé. Les oreilles ricochent un sentiment de pauvreté et de touffeur. Tu bois de l’eau croupie. Tu pisses un peu quinine. C’est juste un faubourg de pharmaciens qui roulent vers l’opale et la strychnine. Je dis que c’est pas compliqué la savane. … Lire la suite…

Edelstein

Le professeur De Zordo enfonça sa main dans une poche et en extirpa un mouchoir immaculé. Méticuleusement, il s’essuya le front. Quelques gouttes de sueur salée avaient roulé le long des rides oblongues pour s’accumuler dans le filet hirsute et gris de ses sourcils. Juste après la consultation de Madame Curtis il avait enclenché le ventilateur et s’était assoupi dans … Lire la suite…

Confessions d’un bouton de manchette

Moi, de marque Walter Lewis, célèbre, avec une pointe de bling-bling, j’orne les beaux vêtements de M. Brunswick, aussi célèbre que moi car les célébrités restent ensemble, c’est bien connu. Avec ma forme circulaire, bordé de quartz rose de Colombie, je brille de mille-feu. Mon rôle ? Impressionner les connaissances hypocrites de mon porteur, et les voir ébahies et douloureusement … Lire la suite…

Parler de choses et d’autres, le meilleur moyen de faire passer le temps

Edmond Bille et le Portugal Corinna Bille et peut-être un festival Les affaires : une affaire de feuilleton Cette sacrée culture Je vais commencer et terminer par deux citations, qui résument parfaitement le sens de ma démarche: La première : « Je n’ai rien à dire, mais je veux le dire quand même » s’exclame le protagoniste du film de Fellini dans Huit et … Lire la suite…

L’envol

Je pousse ma bécane jusqu’au bout de l’allée, vaine tentative d’épargner le sommeil de mes braves voisins. Mais las, immanquablement, son bruit de casserole réveillera le quartier, sitôtt que je l’aurai enfourchée. Il y a quelques minutes, les chauves-souris ont disparu dans leurs antres. Les oiseaux sont déjà repartis pour le sud. Tout se tait encore. La nature hésite entre … Lire la suite…

Dans la glace

Ça y est : cette fois, Grand-­Maman était partie pour le home. Elle avait dû laisser sa vie derrière elle et se contenter des souvenirs. Tout s’était précipité après sa chute, une nuit, alors qu’elle s’était levée pour observer par la fenêtre qui était l’auteur du vacarme fracassant qui envahissait sa rue. Elle avait glissé : ça a été le … Lire la suite…

Le mariage de ma soeur

Demain je regarderai vide ton lit Une vie ensemble et tellement de non-dits Querelles violentes et complicité Et maintenant tous ici nous voilà. Plus que ma soeur aujourd’hui tu es l’épouse Cet homme sait-il combien tu es précieuse ? Je le sais bien et ne te l’ai pas dit J’y pense demain en regardant ton lit.

Chant de l’émigrant solitaire

Souriantes Les montagnes étrangères Me donnent le bonjour Dans la lumière du matin Au-delà de la fenêtre J’aperçois Les couleurs de la journée Je remarque Les phases de la lune Et les saisons qui tournent Le temps passe Et passent les jours Du futur qui est maintenant Le rêve De voir plus De voyager autour du monde C’était l’avenir Que … Lire la suite…

Des sons, des proses de sons, des sons comme de la prose sur son corps

Sur la plus haute des branches d’un cerisier majestueux, habite un silence souverain. Depuis belle lurette on y aperçoit un petit garçon grimper le long du tronc, s’asseoir au sommet en balançant les jambes avec enthousiasme. On le reconnait à ses bretelles bleuies et son pantalon dévoilant sur le devant deux genoux éphèbes, comme deux fenêtres sur sa peau. Ce qu’il … Lire la suite…

Sacré Valais… Valais sacré
Texte Retenu

Valais… Wallis… Un mot … un seul… et voici qu’on vibre. Voici qu’on trésaille. Valais… De tout temps, ce nom a fasciné son monde. Un magnétisme s’exerce à l’approche de ce coin de terre, posé sur la planète comme une oasis. Qu’on l’aborde par les rives du lac, comme Ramuz ou Courbet ou par le sentier des cols comme Goethe, … Lire la suite…

La citation
Texte Retenu

J’ai une bibliothèque, où je range mes amours passées. A chaque histoire son livre, écrit à quatre mains. Dans ces rayons, il y a des recueils de nouvelles, décousues certes, mais dans une cohérence que seuls mon complice et moi-même comprenons. Il y a des romans, plus ou moins réalistes et crédibles. Dans lesquels il y a ce que chacun … Lire la suite…

Quelque chose de 14-18

Août 2014, quelque part en Alsace. Une auberge. Le village s’appelle lutter, il se prononce luttèrent. Il est à deux pas de la frontière avec le canton de Soleure à peine plus pour le Jura Suisse. Je dormais. J’ai été réveillé en sursaut par quelque chose qui ne fait pas de bruit comme le chant d’un coq mort ou l’attente … Lire la suite…

La pelote
Texte Retenu

Surprise, je la rencontre au détour d’un chemin alors que je me promène dans ce village assoupi, inerte, désert. Pas un bruit, pas un frôlement ne chatouillent mes oreilles ; pas d’ombres furtives ne se glissent dans les venelles ; aucun cri ne surgit d’un jardin dérobé laissant deviner la présence d’enfants ; pas un rideau ne bouge dissimulant des … Lire la suite…

Rencontre… épistolaire
Texte Retenu

Nous ne nous rencontrerons jamais. Je vous écris tous les jours, mais je n’envoie jamais la lettre. Ne me demandez pas pourquoi, je ne le sais pas moi-même. Nous devrions donc ne jamais nous rencontrer. Pas comme on l’entend habituellement. Et sûrement pas de mon vivant. N’y voyez aucune lâcheté. Ni peur de la déception. Ce que je vous écris … Lire la suite…

Rencontre… en plein vol

Vous étiez là, par dessus tous, dans la lumière. Moi, dans la foule, anonyme. La lumière rebondissait sur vous, aveuglant la lune, Vos jambes, on aurait dit de l’or. Votre silhouette se découpait dans la nuit. Vous lâchez les cordages. D’une poussée, vos jambes se détendent, et vos pieds quittent le trapèze. Dans l’espace. L’instant d’après, vous tournez sur vous-même … Lire la suite…

Rencontre… temporelle

Vos rides, vos mains, leur peau trop fine, vos cheveux blanchis par les ans. Tout me plait. Vous avez plusieurs décennies d’avance sur moi… j’ai 20 ans. Et vous ? Trois, quatre fois plus ? Laissons les mathématiques creuser leur fossé. Regardons-nous. Je vois en vous la vie, pleine, construite ; sillons de sagesse et marques d’expérience. L’encre de la … Lire la suite…

Rencontre… foudroyante

Tu as surgi Dans la lumière D’abord je devine ta présence Puis, tu t’avances Sur la scène Droit Grand Simple et beau J’entends tes mots qui ne sont pas les tiens Je n’écoute pas Je te vois Pour la première fois Tu ne me connais pas Je ne te connais pas Je suis assis dans l’ombre Tu avances dans la … Lire la suite…

Rencontre… impossible
Texte Retenu

Je vous suis Depuis un temps infini J’en perds le fil J’attends Je guette vos mouvements Les moindres d’entre eux J’en épouse les contours Les formes Je serpente dans vos pas Je vous suis pas à pas Je me demande, parfois, si ce n’est pas moi qui vous meus, vous pousse, vous souffle vers l’avant… Pourtant Jamais vous ne vous … Lire la suite…

Rencontre… fusionnelle

Il faut que je me présente. C’est la première fois que nous nous voyons, il faut que je dise quelque chose. Pour que vous puissiez avoir une première impression. C’est primordial la première impression. C’est vrai. Mais c’est terrifiant. Au moment où je vous regarde, avant même de vous parler, cette première image de moi vous est-elle déjà parvenue ? … Lire la suite…

Rencontre… historique

Nous avons parlé toute la nuit Nous ne nous connaissions pas Je me souviens de tout De Septembre De votre sourire De la pluie qui coulait dans mon dos De l’avion que vous ne pourriez pas prendre De la chambre d’hôtel De votre accent De la couleur de votre peau De la nuit Du matin De la ville qui reprend … Lire la suite…

Rencontre… avec une inconnue

Nous ne sommes pas pareils. Vous et moi. On est différents ça se voit. Moi je suis plutôt … Et vous plutôt… Et puis vous avez moins de… Alors que moi … Mais c’est normal ! Et c’est bien. Je ne m’aime pas plus que ça, alors si en plus je devais me farcir Moi dans le bus… Dans la … Lire la suite…

Rencontre… cannibale

Je vous tourne autour Depuis un moment Comme un chien Ou un autre animal si vous n’aimez pas les chiens Je vous renifle Je vous sens Votre odeur est infernale Je ne saurais la décrire mais j’en suis captif Un fil invisible qui m’enserre Plus qu’un fil, un écheveau… Tous mes membres s’y sont emmêlés Comme la proie d’une araignée, … Lire la suite…

Tango

Le troupeau se fait, se défait, se refait. Qu’est-ce qui les pousse à se rassembler, à se bousculer en marchant, en courant, en broutant, en bêlant ? Puis à s’étirer sans fin sur le sentier, l’un derrière l’autre, jusqu’au prochain bouleversement de l’ordre des moutons, que décidément l’homme ne comprendra jamais. Son rôle à lui, c’est de surveiller, rassembler, compter, … Lire la suite…

La chute

Il y eut des cris, puis son visage se broya contre l’asphalte chaude, écrasé par le poids inerte de son corps, au milieu des personnes pressées qui attendaient pour monter dans le bus. La casquette verte roula. Dans sa chute, aucun réflexe, nul geste protecteur : il était tombé comme tombe un cadavre ou un sac et il gisait maintenant, … Lire la suite…

Reflexions indépendantes
Texte Retenu

Moi, je suis un homme de la forme. La forme peut être gracile. Le fond ne peut être que lourd, ne trouvez-vous pas? Il véhicule cette fâcheuse prétention de vérité qui me rebute. Ce qui me transporte n’est jamais tant l’objet représenté que la lumière dans laquelle il est rendu. Ce qui m’émeut n’est pas la pensée, mais les mots … Lire la suite…

La trachéotomie
Texte Retenu

Un homme déclame, seul : Le père de mon père était douanier. Un sous-fifre. Un gabelou de rien du tout. Sa vie, il l’a passée à patrouiller sur le Rhin. Dans un canot. II a eu son heure de gloire pourtant. À la fin de la deuxième guerre… Un David helvétique face au Goliath nazi. Quand les alliés ont traversé … Lire la suite…

Le Messie

Vu de l’extérieur Grégoire n’avait rien d’un mégalomane. Il travaillait sans passion dans une petite entreprise et passait le reste de son temps à examiner les agissements des autres, toujours assis à la même table sur la même terrasse. La nuit, Grégoire lisait : il cherchait à comprendre. Tous les jours, après le travail, il se rendait au « Café … Lire la suite…

Selbstdarstellung
Texte Retenu

Wanda joue sur son héritage de bois. Les notes bleues se mésentendent : l’instrument, un piano à queue anachronique datant d’avant-guerre et arborant fièrement une estampille qui n’existe plus, se désaccorde chaque nuit davantage. Peu importe, les touches d’ivoire, parées d’une patine noble et brunâtre, resteront longtemps encore un gage d’authenticité. Une composition de son cru – elle ne sait … Lire la suite…

Le bruit du fond du fond

Quelqu’un déclame : Vous savez, moi, je n’ai jamais eu d’autre but que d’être docteur… J’aurais pu avoir des enfants. Mais je n’en ai jamais voulu, Je tiens trop à ma liberté… Et comment dire ? Je trouve ça carrément trop commun. Pourtant je les apprécie beaucoup, les enfants. Ne vous méprenez pas ! Pendant quelques années ils dégagent comme … Lire la suite…

Cedrus Atlantica

Dans l’ombre de l’immense cèdre qui marquait l’entrée principale du domaine de l’asile, appuyés contre le mur qui en délimitait l’étendue, se trouvaient trois bancs, côte à côte. Invariablement, tous les jours, on pouvait y observer ce qui ressemblait singulièrement aux préparatifs d’une course de machines orthopédiques. Tels les pions croulants d’une partie d’échec qui n’avait jamais commencé, alignés de … Lire la suite…

Un rendez-vous
Texte Retenu

La falaise, c’était notre cachette. Le symbole de notre liberté. Un jardin secret vertical à l’abri au-dessus des autres. Et assez éloigné des hommes pour être confortable. L’endroit où Richard et moi, on se sentait bien. C’est là qu’on se disait nos peurs, nos inavouables secrets, nos espoirs dérisoires. C’est là qu’on refaisait le monde. Un monde littéralement à nos … Lire la suite…

L’apoptose de l’entendement

D’un coup, vers 28 ans, quand brutalement le choix des possibles était devenu infini, Lénina perdit pied. Il n’y avait plus de haut, plus de bas, plus de bien, plus de mal, plus de beau, plus de laid. Lénina ne le savait pas encore, mais la masse critique avait été atteinte. Dans l’interaction de toutes les informations qu’elle avait acquises … Lire la suite…

SION – WATERLOO : LE MATCH DU SIECLE

Sion-Waterloo, le match du siècle. Si je devais écrire une histoire sur le Valais, je prendrais parti pour le football, car comment écrire sur le Valais, sans parler de football. En 1815, conformément au Pacte fédéral, le Valais devra fournir 1280 hommes ( troupe d’élite ) pour le contingent de la Confédération. En Valais, tous les produits des sélections de … Lire la suite…

LES LEGENDES DU LIEU ET DU NOM

Les légendes du lieu et du nom existent partout. Sont-elles réellement des histoires vraies ? Sans quoi à chaque pas que je devrais faire, je devrais écrire une histoire. Autrement dit, les choses font des histoires. Je suis inclinée à faire des histoires de toutes choses. Exister, si une histoire pour toi a de l’importance, raconte-là ! Tous les lieux … Lire la suite…

Le Sac de la Reine d’Angleterre

J’voulais être hôtesse de l’air… Faut dire que j’avais la matière Pour basculer l ’homme d’affaire Par-dessus l’atmosphère Sourire fermeture-éclair Suspensions mammaires et derrières “En cas de dépressurisation d’air Veuillez vous laissez faire” J’voulais être hôtesse de l’air… Pour me cautériser les artères Me karchériser les paupières Décoller toute cette poussière Qu’en- bas ils font les vers de terre Avec … Lire la suite…

Sponsors Sur la Route - Valais2015 la Fondation UBS pour la culture • L’Interprofession des Fruits et Légumes du valais • Rasoira SA SION Partenaires Sur la Route - Valais2015 Pub Le Central (Bouveret) • Association des Amis de Farinet • Foyer Les Collombeyres • Paroisse d'Evolène • Paroisse de Raron • Paroisse de Chamoson • Paroisse de St-Maurice • Paroisse de Monthey • Paroisse de Port-Valais • Paroisse de Bourg-St-Pierre • Paroisse de Sembrancher • Commune de Brig • Musée d'Art du Valais • Hôtel de la Dent Blanche (Evolène) • Chapelle des Arolles (Champex) • Chapitre de la Cathédrale de Sion • Chancellerie de l'Etat du Valais